AlpFilmLab

AlpFilmLab

 

AlpFilmLab, une initiative Franco-Italienne

   Préparer l’avenir en ravivant des liens existants, telle est la caractéristique de ce projet à dimension européenne. On connaît la complicité de l’Italie et de la France en matière de cinéma. AlpFilmLab réunit les atouts déjà en place de chaque côté de la frontière afin de les dynamiser, de susciter création et production cinématographiques.
Rencontre avec Sarah Quintric, coordinatrice du Festival du Cinéma Italien d’Annecy pour évoquer la naissance et la portée d’AlpFilmLab. C’est qu’une initiative de cette importance ne pouvait qu’intéresser Les Amis de Vicenza puisqu’il traite de culture, intègre lycéens et étudiants

   L’annonce du projet est relativement récente mais le projet a certainement mûri depuis un certain temps ?
Ce projet devait démarrer en 2020 et reporté pour des raisons évidentes à 2021. Il est bien sûr à l’initiative de Francesco Giai Via, le directeur artistique d’Annecy Festival de Cinéma Italien. S’y retrouvent les volontés croisées du Musée National du Cinéma Italien de Turin et de Bonlieu Scène Nationale. Cette connexion transfrontalière est financée par Interreg ALCOTRA-Fonds Européen de développement régional. Il s’agit de promouvoir le potentiel de production transfrontalière sur un territoire bien défini qui comprend côté français la Savoie, la Haute-Savoie, les Hautes-Alpes, les Alpes de Haute-Provence, les Alpes Maritimes et côté italien le Val d’Aoste, Turin et sa région, celles de Cuneo et d’Imperia.

   Le projet se développe en deux volets.
     – Le premier est une formation professionnelle d’une part, scolaire d’autre part.
Pour les professionnels (12 Italiens/ 12 Français), le programme annuel est axé sur le développement de 8 projets de longs métrages (fiction, documentaire ou animation). Il est destiné à des producteurs. La formation débute en avril à Annecy. Elle comporte trois sessions d’ateliers en présentiel et trois autres intermédiaires en ligne. La session finale permettra une présentation lors du Torino Film Industry en novembre. Le deuxième atelier se déroulera en juin à Turin, un suivant pendant le Festival de Cinéma Italien d’Annecy en septembre. Cette formation n’est pas simplement théorique mais débouche sur une présentation en milieu professionnel. Elle permet aux stagiaires de rencontrer les institutions nationales des deux pays, des experts de la distribution, du marketing, de se former au tournage éco-responsable, au pitching…
Les tuteurs producteurs sont Julie Billy pour la France et Giovanni Pompili pour l’Italie.
Le projet a été très bien accueilli de toutes parts. Il est soutenu par le CNC.

   On renoue avec une tradition. Les grands acteurs français tournaient en Italie, et inversement. Le Festival d’Annecy et le Torino Film Industry seront d’excellentes vitrines. Un projet européen d’Université vise à rapprocher celle de Turin et de Savoie. Alpes Film Lab s’inscrit dans cette voie. L’Université de Turin a été fondée en 1404, à l’époque d’Amédée VIII, premier duc de Savoie.

     – Ce qui nous mène au deuxième volet, la formation scolaire qui se tiendra principalement pendant le Festival : accès aux projections, rencontres avec les réalisateurs, aux masterclass,
aux ateliers et, nouveauté, accès à des formations professionnelles dédiées aux étudiants en cinéma ou attirés par le cinéma. Les italianisants sont bienvenus mais on se situe davantage sur une entrée cinéma. C’est pourquoi nous sommes en contact avec la Ciné Fabrique de Lyon. Notre objectif est de toucher 8000 élèves sur deux ans côtés italien et français confondus. Quarante élèves italiens viendront assister au Festival à Annecy, quarante français iront à Turin pour le TorinoFilmLab.

   Le programme est déjà bien fourni. Est-ce que vous envisagez déjà d’autres étapes ?
   Le financement, près de huit cent mille euros, est assuré pour deux ans. Il va nous permettre de réaliser cette première édition, celle de 2022 aussi. Des partenariats vont certainement se développer au gré des rencontres. Notre volonté est de pérenniser ce cheminement.

   Il ne s’agit pas de critiquer ce qui a été fait avant Francesco Giai Via, mais celui-ci a apporté un souffle nouveau.
Il a ouvert la programmation. Pour lui, le cinéma italien n’existe pas qu’en langue italienne. Il s’ouvre aux coproductions. Un nouvel élan était né en 2019, il va reprendre après cette année si particulière.


Julie Billy, Francesco Giai Via, Giovanni Pompili © alpfilmlab

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.